Les Bains de Dinant

Les Bains de Dinant

Les Bains de Dinant: Centre de Bien-être situé sur le domaine de 5 hectares de l’ancien couvent de Bethléem, avec vue sur la Meuse et la citadelle de Dinant.

• Piscine romaine
• Sauna en briques de sel
• Hammam
• Douche expérience/Cold Breeze
• Douche auto-bronzante
• Espace de relaxation
• Terrasse-Solarium
• Lounge
• Bar
• Sauna extérieur

 

Infos & réservations:
Les bains de Dinant
23 Charreau des capucins , 5500 Dinant
Tel : +32 82 67 74 11
Gsm: +32 476 360 308
www.lesbainsdedinant.be
zeff@lamerveilleuse.be

Exposition Vices & Vertus • Musée Rops

Exposition Vices & vertus / TreM.a • Musée Rops • Eglise Saint-Loup / Salle 01

Evénement culturel de l’année – Namur  du 18/02 au 21/05/2017.

TreM.a • Musée Rops • Eglise Saint-Loup : Trois lieux emblématiques de Namur proposent des interprétations artistiques des vices & vertus depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine, en passant par le 19e siècle. Traversez les siècles à la découverte d’artistes qui ont sondé les instincts humains, des plus vils aux plus vertueux.

TreM.a – Mise en images
L’exposition montre comment les artistes, du 9e au 17e siècle, ont abordé l’éternelle question du Bien et du Mal dans la mise en scène des vices et des vertus.
Les représentations dynamiques du conflit entre les vices et les vertus ont reçu leur impulsion avec la Psychomachie du poète Prudence (5e s.) lequel met en images l’idée de la victoire des vertus sur les vices. Cette idée va survivre comme expression du combat de l’âme. Les « tentations » en sont les images les plus spectaculaires. Les visions de l’enfer se développent alors pour encourager l’homme à rester vigilant. D’autre part, les représentations allégoriques sont caractérisées selon des conventions fixées par les théologiens. Celles-ci se multiplient dès le 9e siècle. Thomas d’Aquin (1225-1274) fixera l’ensemble de ces notions dans La Somme théologique. L’exposition sera ponctuée par les productions de l’artiste contemporain Antoine Roegiers. Elles permettront d’établir un dialogue entre les oeuvres anciennes et la production artistique numérique actuelle.

Musée Rops – Rops / Ensor
James Ensor (1860-1949) publie en 1904 une série de huit gravures intitulée Les Sept Péchés capitaux dont il fera des versions colorées à la main. Monstres, diables, squelettes s’invitent dans une critique grinçante des travers humains. Chez Félicien Rops (1833-1898), la satire accompagne souvent la description des vices, dont le plus éloquent est la luxure : « Les choses de nature ne sont pas sales : Naturalia non sunt turpia », écrivait Rops.
« La mort de Félicien Rops m’attriste beaucoup. Il restera un maître et grandira encore dans l’estime et l’admiration des artistes », confiait Ensor à la mort de Rops en 1898. L’exposition présente également le réseau artistique commun des deux hommes que trois décennies séparent pourtant : Théodore Hannon et Eugène Demolder furent des amis proches des deux artistes et participèrent à leur renommée artistique.

Eglise Saint-loup – Aidan Salakhova
La Maison de la Culture étant en rénovation, le secteur arts plastiques de la Province de Namur continue ses activités sur le territoire provincial. L’Église Saint-Loup est l’endroit idéal pour accueillir les oeuvres d’Aidan Salakhova. Cette artiste contemporaine russe d’origine azérie s’interroge très justement sur le genre, les relations d’influences entre l’Orient et l’Occident, et plus généralement sur la religion, les tabous et l’histoire de l’art. Autant de thèmes qui participent à un débat plus général sur la notion de moralité et la signification des vices et vertus aujourd’hui. Aidan Salakhova présentera plusieurs pièces inédites dont une sculpture en marbre conçue spécifiquement pour cette première exposition personnelle en Belgique. Travaillant à Carrare, elle fait revivre la tradition de la sculpture de marbre dans un contexte contemporain.

Infos pratiques:
TreM.a Musée provincial des Arts anciens • Trésor d’Oignies
Hôtel de Gaiffier d’Hestroy • Rue de Fer, 24 • 5000 Namur
Tél: +32 (0) 81 776 754
Musée Félicien Rops
Rue Fumal, 12 • 5000 Namur
Tél: +32 (0) 81 776 755
Eglise Saint-Loup
Service de la Culture de la Province de Namur – Transhumance
Rue du Collège • 5000 Namur • Tél: +32 (0) 81 775 525
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h (le dimanche, l’Église Saint-Loup est accessible uniquement de 13h à 18h)
Chaque lieu est ouvert en nocturne un jeudi/mois jusqu’à 20h
Infos supplémentaires à partir de fin janvier 2017 : www.vicesetvertus.be

Contacts presse :
• Isabelle De Longrée / Maison de la Culture
Tél: +32 (0) 81 775 564
isabelle.delongree@province.namur.be
• Ameline Engelen / TreM.a
Tél. : +32 (0) 81 775 338
ameline.engelen@province.namur.be
• Valérie Minten / musée Rops
Tél. : +32 (0) 81 775 370
valerie.minten@province.namur.be

Copyright2017©360images.be – All rights Reserved

Grotte de Dinant « La merveilleuse »

Grotte la Merveilleuse - Dinant

C’est en 1904, à l’occasion du creusement de la tranchée du chemin de fer vicinal de Dinant à Florennes, qu’un coup de pioche providentiel mit au jour une cavité jusqu’alors inconnue. Après quelques explorations, messieurs Roulin frères, propriétaires de la grotte, décidèrent d’entamer l’aménagement de la grotte pour la rendre accessible aux touristes, et, le 11 juin 1904, la nouvelle grotte de Dinant était inaugurée. Le nom de Merveilleuse allait bientôt s’imposer et rester l’appellation de la cavité, célèbre pour sa décoration naturelle, pour son puits mystérieux et pour sa stalactite oblique.

La mise en exploitation nécessita un travail énorme. La grotte présentait de fortes dénivellations et, en quelques passages très étroits à franchir. Il faut rendre hommage à ceux qui réussirent à l’aménager en préservant au maximum ses trésors naturels.
En 1990, la grotte fut acquise par Monsieur Robert Libert.

La Merveilleuse répartit ses galeries sur trois étages partant de 155 mètres d’altitude jusqu’à 100 mètres. Ces monuments remarquables ont pour nom Salle des Mamelons, Temple de Diane, Salle des Boers, Le Précipice, Salle des Dentelles, le Glacier, la Rotonde, Salle des Colonnettes , Salle des Cascades, la Grande Salle avec sa stalactite oblique, la Galerie Albert Ier, le Puits vers la rivière souterraine.

Contact & Réservations:

La Grotte de Dinant « La Merveilleuse »
142 Route de Philippeville, 5500 Dinant
082/22.22.10 – 082/22.60.16
www.dinantourism.com
robert.libert@busmail.net

Sablière Jean Marcaux

Ancien site d’extraction de sable refractaire situé à proximité du village de Celles (Houyet – Belgique). Cette vaste sablière abandonnée depuis 1996 présente un intérêt esthétique indéniable par la diversité des coloris du matériau exploité. Elle a été creusée dans un dépôt de glaises plastiques diversement colorées (avec des dépôts sableux intercalés) et de sable quartzeux fin, accumulé dans une poche de dissolution du calcaire carbonifère. Encore peu colonisée par la végétation, elle héberge plusieurs éléments biologiques intéressants.

Château de Walzin

Imagerie aérienne
Le château de Walzin est un château belge situé en Condroz dans le hameau de Walzin, dans l’ancienne commune de Dréhance (aujourd’hui intégrée à la commune de Dinant) en Région wallonne dans la province de Namur. Perché sur un piton rocheux de plus de 50 mètres de haut surplombant à pic un méandre de la Lesse, ce nid d’aigle a verrouillé au cours des siècles la vallée inférieure de la rivière ainsi qu’une des routes reliant Dinant à la France. Le château, un des plus grands de Belgique, a été construit au XIe siècle, probablement à l’instigation de Théoduin de Bavière, prince-évêque de Liège, ou de Conon de Montaigu, comte de Rochefort et compagnon aux croisades de Godefroy de Bouillon. Il sert de poste de surveillance et de défense avancée à la ville de Dinant. Le seul accès vers Dinant venant du Sud passait par le gué de Walzin. Le 16 septembre 1237, un traité concernant Walzin fut passé entre Henri IV, duc de Limburg, et le prince-évêque de Liège.

Umbrella Sky Project

Visites virtuelles 360°

Umbrella Sky project est un projet qui a débuté en 2011 dans le cadre du célèbre festival annuel d’ « Ágitagueda Art Festival » au Portugal. Chaque année, durant les chauds mois d’été, une poignée de petites rues de la ville bénéficient de ces installations artistiques éphémères. Les parapluies colorés fournissent de l’ombre aux passants et ajoutent de la couleur dans le quotidien.

Les créateurs du projet Umbrella Sky, ont également lancé des ramifications de ce travail dans d’autres villes comme Lisbonne ou encore ici à Namur (Belgique).

Website: sextafeira.pt
Facebook: facebook.com/UmbrellaSkyProject
Twitter: @umbrellaskypt

Taxe Kilomètrique Camions

Des camionneurs bloquent les autoroutes belges pour protester contre la taxe kilométrique. Le lancement de la nouvelle taxe kilométrique dans toute la Belgique le 1er avril a rencontré des protestations de camionneurs qui ont eu recours au blocage des sorties d’autoroute et des échangeurs. Près de Spontin, ce mercredi après-midi, un groupe de camionneurs a repris les voies de l’autoroute E411 très fréquentée de Bruxelles en direction de Luxembourg, créant des embouteillages importants.

Maison du Patrimoine Médiéval Mosan – Bouvignes (Dinant)

Maison du Patrimoine Médiéval Mosan - Salle 01

Abritée dans la prestigieuse « Maison espagnole » de Bouvignes (Dinant), la Maison du patrimoine médiéval mosan a pour vocation de mettre en valeur le cadre naturel, historique et patrimonial de la vallée de la Meuse et de remonter le cours de son fabuleux passé. La Maison du patrimoine médiéval mosan vous invite à visiter ses expositions permanente et temporaire et à participer aux diverses animations qu’elle organise.

Infos Pratiques:

Maison du Patrimoine Médiéval Mosan
Place du Bailliage, 16
5500 Bouvignes (Dinant)
Tel. +32 (0)82 22 36 16
www.mpmm.be
info@mpmm.be

Mémorial aux victimes du 23 août 1914 – Dinant

Inauguré le 23 août 2014 en présence du roi et des autorités, le mémorial aux victimes du 23 août 1914 est une œuvre de l’atelier d’architecture bruxellois Kascen. Sa forme s’apparente à celle d’une stèle ultra sobre, tel un monolithe émergeant du sol dans lequel une crypte s’enracine. Fondé dans la mémoire et le passé, il remplace le monument originel jadis situé Place d’Armes, intitulé Furore Teutonico, inauguré en 1936 et détruit par les Allemands en mai 1940.
Ce nouveau mémorial est une coiffe avec un angle sommital de 90°, écho au transept de la collégiale en arrière-plan, épousant le contexte urbain. Ses dimensions ont été symboliquement extrapolées à partir du chiffre 674 ; nombre de victimes civiles dinantaises.
Des textes percés dans les parois illuminent intimement l’espace. Il s’agit des noms des victimes comme gravés dans le ciel où l’imaginaire se plaît à voir le souvenir des défunts et les messages de paix qui éclairent à jamais les ténèbres, en autant de métaphores lumineuses du souvenir.
L’entrée dans le mémorial se veut être un voyage intérieur, humble et respectueux, à la recherche des patronymes disparus. Des noms, uniquement lisibles de l’intérieur qui se découpent dans le ciel dinantais et que les rayons du soleil projettent sur le sol ou sur les visiteurs eux-mêmes par temps ensoleillé. L’âge des victimes est signifié via un graphisme épuré, fait d’un carré pour un an et d’une ligne pour une dizaine d’années.
Des appels à la paix se dévoilent depuis l’extérieur, clamés en promesse d’espoir au monde des vivants.

Une cartographie des massacres est dessinée à même la tôle. Chaque lieu d’exécution collective est marqué par des perforations évoquant les impacts de balles ayant frappé les victimes et les façades de la cité. Au centre, le lit de la Meuse accueille des paroles de paix réconciliatrices.

Enfin, la matérialité de la rouille renvoie à un effet sur un objet de métal à l’abandon, conséquence d’une guerre.