Cimetière Militaire Français – Dinant 1914/18

Cimetière français

1200 soldats français morts lors des combats d’Août 1914 reposent dans ce cimetière inauguré en 1923. Le monument « L’Assaut », oeuvre du sculpteur Alexandre Daoust, illustre la reprise de la citadelle par les français le 15 Août 1914.

 

French cemetery

1200 French soldiers killed in the fighting in August 1914, rest in this cemetery opened in 1923.The monument called « L’assaut » (The attack), a work of the sculptor Alexandre Daoust, shows the retaking of the citadel by the French on 15 August 1914.

 

Frans begraafplaats

Op deze begraafplaatsdie in 1923 werd open gesteld, rusten 1200 Franse soldaten die tijdens de gevechten in 1914 om het leven kwamen. Het monument « L’assaut », een werk van beeldhouwer Alexandre Daoust, verbeeldt de herovering van de citadel door de Fransenop 15 augustus 1914.

 

Französischer Friedhof

1200 französische Soldaten, die bei den Kämpfen im August 1914 umkamen, ruhen auf dem 1923 eigeweihten Friedhof. « L’assaut », ein Werk des Bildhauers Alexandre Daoust, zeigt die Übernahme der Stadtfestung durch die Franzosen am 15. August 1914.

 

Chemin de la Citadelle 15, 5500 Dinant – Belgique
Latitude : 50.261199 | Longitude : 4.9156
Copyright©360images.be – All rights reserved.

Sanctuaire du Frère Mutien-Marie

Tmobeau du frère Mutien Marie de Malonne

Le Centre Mutien Marie

Le centre Mutien-Marie est un lieu de pèlerinage, de prières, de demande et de remerciements de grâces obtenues. Ce centre abrite un musée et une salle audio-visuelle où vous est racontée la vie du Saint. La Chapelle Saint-Berthuin est également visitable ainsi que la Grotte Notre-Dame. En outre, vous y trouverez un magasin de souvenirs.

Contact:
Frère Jacques VAN NESTE
Sanctuaire du Frère Mutien-Marie :
Fond de Malonne,117 5020 Malonne
Tél. +32 81 44 51 67

Site internet du Sanctuaire

Carte blanche à Michaël Guerra

Exposition « Morphosium » : Carte blanche à Michaël Guerra – Galerie du Beffroi (Namur).

« Depuis la nuit des temps, dans toutes les cultures, l’homme n’a de cesse de vouloir accéder à la perfection de son image, tentant par la modification physique de son corps et le port de vêtements et accessoires richement travaillés, d’accéder à cette utopie. En utilisant les techniques de couture et de broderie, Michaël Guerra analyse, décode et traduit avec sa vision contemporaine cette quête incessante vers la beauté ».

Du 1er décembre 2017 au 14 janvier 2018, la Ville de Namur donne Carte blanche à Michaël Guerra pour l’exposition «Morphosium» à la Galerie du Beffroi. Diplômé de La Cambre en stylisme et création de mode, ce créateur belge (Namur/Andenne) travaille des matériaux raffinés comme la soie, le cuir, la fourrure avec une grande minutie pour les détails. Il s’intéresse au savoir-faire et aux méthodes artisanales. La broderie et le perlage, deux spécialités devenues rarissimes, jouent un rôle-clé dans sa démarche artistique.

Michaël Guerra cherche à faire du vêtement un objet unique, une sculpture appelée à être portée mais aussi exposée. Ses réalisations sont une manière de créer une atmosphère, de raconter une histoire.

L’exposition «Morphosium» présente sa pièce-maîtresse la Suoga, miao des Ravines créée dans le cadre d’Europalia Chine, avec habit traditionnel et coiffure à cornes, ses silhouettes composées de soie, fourrure, vieille dentelle, plumes, cuir, perles, peaux de reptile (des matières toujours de seconde main, question d’éthique !), ses poupées en cuir et en bois, ses photomontages peuplés d’êtres hybrides…

Inspiré d’histoires, de mythes et de légendes, cet univers à la fois sensuel et énigmatique est mis en résonance avec les oeuvres de quatre artistes que Michaël Guerra apprécie et qui le touchent : Olivia Droeshaut & Yves Dethier, Michel Peetz, Bertrand Sottiaux. Pas de confrontation entre les créateurs, mais une communion d’esprit, un dialogue dans le respect de chaque univers artistique.

 

Michaël Guerra : Plasticien, styliste – Né en 1971, vit et travaille à Namur – www.michaelguerra.be

Olivia Droeshaut & Yves Dethier : Photographes – Née en 1972 à Bruxelles / Né en 1967 à Liège – Vivent et travaillent à Bruxelles – Créateurs du label Dyod – www.dyod.bewww.oliviadroeshaut.com

Michel Peetz : Plasticien, peintre, dessinateur – Né à Bruxelles en 1962, vit et travaille en Belgique – www.peetz.be

Bertrand Sottiaux : Plasticien, photographe, styliste – Né à Uccle en 1969, vit et travaille à Bruxelles – www.bertrandsottiaux.be

 

Infos pratiques:
Rue du Beffroi , 13
5000 Namur
+32 (0) 81 24 64 36
+32 (0) 476 21 25 86

www.namur.be

Page facebook de la galerie

 

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

La Haute Meuse en Chômage

La Haute-Meuse en chômage du 23 septembre au 16 octobre 2017.

Réalisée pour la dernière fois en 2012 par la direction des Voies hydrauliques de Namur (Service public de Wallonie), l’objectif premier de la mise en chômage de la Meuse est, non pas de nettoyer la Meuse, comme d’aucuns pourraient le penser, mais d’entretenir et de réviser les berges, barrages et écluses de la Meuse entre la frontière française et Namur.

 

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

Sablière Jean Marcaux

Sablière Jean Marcaux

Ancien site d’extraction de sable refractaire situé à proximité du village de Celles (Houyet – Belgique). Cette vaste sablière abandonnée depuis 1996 présente un intérêt esthétique indéniable par la diversité des coloris du matériau exploité. Elle a été creusée dans un dépôt de glaises plastiques diversement colorées (avec des dépôts sableux intercalés) et de sable quartzeux fin, accumulé dans une poche de dissolution du calcaire carbonifère. Encore peu colonisée par la végétation, elle héberge plusieurs éléments biologiques intéressants.

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

Exposition « Shakespeare romantique » – Musée Rops

Exposition « Shakespeare romantique » – Musée Provincial Félicien Rops (Namur) du 21/10/17 au 25/02/18.

 

« Ah, la vie a des moments drôles et imprévus & sublimes à la fois comme dans Shakespeare ! » écrivait Félicien Rops.
William Shakespeare (1564-1616) acquiert en Angleterre, dès 1750, le titre de maître de la littérature nationale. En France, il faudra attendre le 19e siècle pour que l’oeuvre du dramaturge prenne toute son ampleur, grâce à l’intérêt des auteurs mais aussi des peintres romantiques. Les grandes fresques littéraires du passé, celles de Dante, de Racine, mais aussi de Shakespeare deviennent alors des sources d’inspiration essentielles pour les auteurs romantiques mais aussi pour les peintres, qui entretiennent une relation particulière à l’art de la mise en scène. Eugène Delacroix, Gustave Moreau, Théodore Chassériau et bien d’autres peintres, graveurs et sculpteurs français ont consacré leur talent à interpréter les sentiments, drames et passions des héros shakespeariens.

Hamlet et Ophélie, Roméo et Juliette, Macbeth et sa « Lady », Othello et Desdémone, autant de personnages aux destins dramatiques hantés par l’amour, les remords et la mort. L’exposition au musée Rops se décline autour de ces figures tragiques qui inspireront les artistes du milieu du 19e siècle en quête de grandes épopées amoureuses, d’étrangeté et de valeurs morales. Dans la continuité du romantisme, les artistes symbolistes ont, à leur tour, représenté les héros shakespeariens, tels des archétypes des passions humaines. Constantin Meunier, Alfred Stevens, Eugène Smits et d’autres artistes belges subissent l’influence du théâtre anglais pour laisser transparaître leurs doutes et interrogations face à cette fin-de-siècle qu’ils tentent d’apprivoiser.

Grâce à la collaboration avec le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix, une soixantaine de peintures, gravures, affiches et sculptures de différentes institutions sont rassemblées au musée Rops pour donner la mesure de l’impact du théâtre de Shakespeare sur les arts plastiques au 19esiècle dont les représentations inspirent, aujourd’hui encore, les metteurs en scène et les comédiens.

Commissariat d’exposition : Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée national Eugène-Delacroix et Marie-Lys Marguerite, directrice du musée des beaux-arts d’Arras.
En collaboration avec le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix.

Artistes exposés : Jules-Robert Auguste, Louis Boulanger, Jules Bastien-Lepage, Léopold Burthe, Leonetto Cappiello, Albert Ciamberlani, Thomas Couture, Théodore Chassériau, Eugène Delacroix, François-Emile Ehrmann, Ernest Hébert, Amédée-Ernest Lynen, Constantin Meunier, Luc Olivier Merson, Gustave Moreau, Alfons Mucha, Tony Robert-Fleury, Félicien Rops, Charles Samuel, Eugène Smits, Paul Steck, Alfred Stevens.

 

 

Infos et réservations : T. +32 81 77 67 55 ou info@museerops.be

Site internet: www.museerops.be

 

Copyright ©2017 www.360images.be – Trémouroux Benoit / Musée Provincial Félicien Rops (Namur) – All Rights Reserved.

Le Château de Vêves (Houyet)

Le château de Vêves

Le château de Vêves, sis au bord d’un petit affluent de la Lesse, se trouve à quelques kilomètres du village de Celles, maintenant intégré à la commune de Houyet, dans la province de Namur (Région wallonne de Belgique). Les origines de ce château-fort sont anciennes. En effet, Pépin de Herstal y avait déjà élevé une villa dans la seconde moitié du VIIe siècle afin d’être plus près de l’ermitage de Saint Hadelin à Celles. La villa fut ensuite transformée en une petite forteresse par ses différents successeurs au IXe siècle. Cette forteresse fut rasée en 1200 et reconstruite en 1220 par la famille Beaufort qui en fit un château plus puissant. Détruit par les Dinantais au XVe siècle et rétabli aussitôt, le château eut encore à subir les ravages causés en 1793 par les révolutionnaires français.

Au XVIIIe siècle, la famille de Liedekerke-Beaufort restaura le château, lui donnant son aspect actuel. Avec les châteaux de Beersel, de Bouillon, de Corroy, de Horst, de Gand et de Lavaux, il constitue un des plus beaux châteaux médiévaux de Belgique.

 

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

Chantier Anseremme

Chômage de la Haute-Meuse 2017 – Chantier d’installation de la centrale hydroélectrique à l’écluse d’Anseremme.

4 Ecluses de la Haute-Meuse (Rivière, Houx, Dinant et Anseremme) sont en travaux afin d’y installer des nouvelles centrales hydroélectriques. Elles seront posées sur des dalles en béton réalisées sur le lit du fleuve. Et pour cela, il faut travailler à sec et réaliser un batardeau, une zone étanche par rapport au cours d’eau. Quand toutes les centrales seront équipées et en fonctionnement, elles fourniront l’électricité de 18000 ménages.

 

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

La Haute-Meuse en chômage

Réalisée pour la dernière fois en 2012 par la direction des Voies hydrauliques de Namur (Service public de Wallonie), l’objectif premier de la mise en chômage de la Meuse est, non pas de nettoyer la Meuse, comme d’aucuns pourraient le penser, mais d’entretenir et de réviser les berges, barrages et écluses de la Meuse entre la frontière française et Namur.

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

La Maison Adolphe Sax – Dinant

La Maison de Monsieur Sax : un lieu magique dédié à l'inventeur du Saxophone.

La Maison de Monsieur Sax : un lieu magique dédié à l’inventeur du Saxophone.

Adolphe Sax, le génial inventeur du saxophone, dispose désormais à Dinant, sa ville natale, d’un espace qui lui est entièrement dédié. Pas un musée, mais un Centre d’interprétation de sa vie et de son œuvre. La Maison de Monsieur Sax, c’est une invitation à découvrir un génie hors du commun, ses apports musicaux et techniques révolutionnaires, ses inventions étonnantes, ses défis perpétuels, ses succès, ses faillites et sa vie riche et mouvementée. Une occasion unique de mieux percevoir le fabuleux destin du saxophone. Et ce, à travers une scénographie originale et ludique qui ravira les yeux, mais aussi… les oreilles à travers des extraits musicaux ou des évocations sonores.

Ce Centre d’interprétation est situé au 37 de la Rue Sax, dans l’immeuble localisé à l’endroit même où naquît Adolphe Sax en 1814. Un Parcours des Anamorphoses, composé de sept totems aux profils contemporains évoquant chaque instrument de la famille (sopranino, soprano, alto, ténor, baryton, basse et contrebasse), guidera le promeneur jusqu’à cet endroit. Après avoir partagé la pause avec Adolphe Sax sagement assis sur le banc qui fait face à sa Maison, le visiteur est invité à pousser librement les portes de ce nouvel espace et à cheminer sur le plancher en forme de saxophone, à tourner les pages du livre géant compilant des déclarations d’amour au saxophone signées Bizet ou Berlioz, à faire parler les instruments, à lire des textes trilingues (français, néerlandais et anglais) sur les murs et dans des caissons lumineux incrustés dans le sol, à contempler un fac-similé géant du brevet lié à l’inventeur du saxophone,… Bref, une étape indispensable pour faire connaissance avec Adolphe Sax, avant de poursuivre sa route, pourquoi pas, à la Maison de la Pataphonie, autre lieu musical et interactif en vue de Dinant.

Renseignements pratiques:

Rue Sax, 37 5500 Dinant
Entrée: Accès libre
Ouvert toute l’année, 7j/7, de 9h00 à 19h00