Les Aiguilles de Chaleux (Houyet – Belgium).

Ce site calcaire s’inscrit dans le superbe cirque de Châleux qui domine un méandre de la Lesse, à hauteur du village de Furfooz. Son nom provient de la forme typique des pointements rocheux.

(En: This limestone site is part of the superb circus of Châleux which dominates a meander of the Lesse, near the village of Furfooz. Its name comes from the typical shape of the rocky points.)

 

Copyrights©360images.be – All rights reserved.

La Haute Meuse en Chômage

La Haute-Meuse en chômage du 23 septembre au 16 octobre 2017.

Réalisée pour la dernière fois en 2012 par la direction des Voies hydrauliques de Namur (Service public de Wallonie), l’objectif premier de la mise en chômage de la Meuse est, non pas de nettoyer la Meuse, comme d’aucuns pourraient le penser, mais d’entretenir et de réviser les berges, barrages et écluses de la Meuse entre la frontière française et Namur.

 

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

Sablière Jean Marcaux

Sablière Jean Marcaux

Ancien site d’extraction de sable refractaire situé à proximité du village de Celles (Houyet – Belgique). Cette vaste sablière abandonnée depuis 1996 présente un intérêt esthétique indéniable par la diversité des coloris du matériau exploité. Elle a été creusée dans un dépôt de glaises plastiques diversement colorées (avec des dépôts sableux intercalés) et de sable quartzeux fin, accumulé dans une poche de dissolution du calcaire carbonifère. Encore peu colonisée par la végétation, elle héberge plusieurs éléments biologiques intéressants.

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

Le Château de Vêves (Houyet)

Le château de Vêves

Le château de Vêves, sis au bord d’un petit affluent de la Lesse, se trouve à quelques kilomètres du village de Celles, maintenant intégré à la commune de Houyet, dans la province de Namur (Région wallonne de Belgique). Les origines de ce château-fort sont anciennes. En effet, Pépin de Herstal y avait déjà élevé une villa dans la seconde moitié du VIIe siècle afin d’être plus près de l’ermitage de Saint Hadelin à Celles. La villa fut ensuite transformée en une petite forteresse par ses différents successeurs au IXe siècle. Cette forteresse fut rasée en 1200 et reconstruite en 1220 par la famille Beaufort qui en fit un château plus puissant. Détruit par les Dinantais au XVe siècle et rétabli aussitôt, le château eut encore à subir les ravages causés en 1793 par les révolutionnaires français.

Au XVIIIe siècle, la famille de Liedekerke-Beaufort restaura le château, lui donnant son aspect actuel. Avec les châteaux de Beersel, de Bouillon, de Corroy, de Horst, de Gand et de Lavaux, il constitue un des plus beaux châteaux médiévaux de Belgique.

 

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

La Haute-Meuse en chômage

Réalisée pour la dernière fois en 2012 par la direction des Voies hydrauliques de Namur (Service public de Wallonie), l’objectif premier de la mise en chômage de la Meuse est, non pas de nettoyer la Meuse, comme d’aucuns pourraient le penser, mais d’entretenir et de réviser les berges, barrages et écluses de la Meuse entre la frontière française et Namur.

Copyrights©360images.be – Tous droits réservés.

Le Rocher Bayard

Le rocher Bayard

Le rocher Bayard est une spectaculaire aiguille rocheuse d’une quarantaine de mètres de haut se trouvant en bord de Meuse (rive droite), entre Dinant et Anseremme, dans la province de Namur (Région wallonne de Belgique). Associée à l’ancienne légende ardennaise des quatre fils Aymon, elle est une curiosité touristique importante de la région.

La légende:

Bayard est le nom du cheval des quatre fils du duc Aymon, prince des Ardennes. Ces quatre frères, preux chevaliers (et leur cheval) sont les héros d’une chanson de geste du Moyen Âge, très populaire dans la région des Ardennes.
D’après la chanson de geste, les fils Aymon fuirent la cour de Charlemagne, tous les quatre à dos de leur seul cheval Bayard, à la suite d’une querelle qui occasionna la mort d’un neveu de l’empereur. Poursuivis par les troupes de l’empereur, ils se trouvèrent cernés sur les hauteurs de Meuse. Montés sur Bayard, ils s’avancèrent jusqu’à l’extrémité de l’arête rocheuse qui, à cette époque adhérait encore à la montagne voisine. Au moment où l’empereur croyait enfin les tenir, l’intrépide Bayard frappa le roc de ses sabots et s’élança d’un bond prodigieux pour atterrir de l’autre côté du fleuve. Le grand bloc rocheux fut brisé en deux par ce coup des sabots de Bayard. Sur la roche désormais célèbre, on trouve encore aujourd’hui – dit-on – l’empreinte du sabot de Bayard.
En réalité, un petit pic existait à l’origine, mais la roche a été séparée par les soldats de Louis XIV, quand ils avaient envahi Dinant, afin de construire une route facile à côté de la Meuse. Cette route fut par la suite élargie pour permettre le trafic automobile.

Histoire:

C’est ici que fut arrêtée la patrouille allemande la plus avancée lors de la Bataille des Ardennes en décembre 1944 : en marge de la bataille de Celles, une jeep occupée par trois soldats allemands déguisés en Américains fut arrêtée par un barrage de mines.

(Source : Wikipedia)

Sablière Jean Marcaux

Ancien site d’extraction de sable refractaire situé à proximité du village de Celles (Houyet – Belgique). Cette vaste sablière abandonnée depuis 1996 présente un intérêt esthétique indéniable par la diversité des coloris du matériau exploité. Elle a été creusée dans un dépôt de glaises plastiques diversement colorées (avec des dépôts sableux intercalés) et de sable quartzeux fin, accumulé dans une poche de dissolution du calcaire carbonifère. Encore peu colonisée par la végétation, elle héberge plusieurs éléments biologiques intéressants.